30 avril 2012

Attention, plantes carnivores!

Parmi les nombreuses espèces, quatre sont les reines des magasins- dont la dionée, qui referme ses "mâchoires" sur sa proie. Voici leurs caractéristiques.

Temps de lecture 5 minutes

Quatre espèces faciles à cultiver

Lorsqu’un insecte touche les poils tactile de la dionée, la réaction de la plante est spectaculaire: la fermeture des lobes s’enclenche immédiatement mais partiellement, et les dents se croisent, formant ainsi une sorte de cage qui retient la proie prisonnière. (Photo: istock)
Lorsqu’un insecte touche les poils tactile de la dionée, la réaction de la plante est spectaculaire: la fermeture des lobes s’enclenche immédiatement mais partiellement, et les dents se croisent, formant ainsi une sorte de cage qui retient la proie prisonnière. (Photo: istock)

Les dionées

Caractéristiques: cette plante très emblématique possède des feuilles transformées, composées de deux lobes. Ces derniers possèdent chacun des «dents» sur les bords, ainsi que des poils tactiles sur les faces internes. Lorsqu’un insecte touche les poils, la réaction de la plante est spectaculaire: la fermeture des lobes s’enclenche immédiatement mais partiellement, et les dents se croisent, formant ainsi une sorte de cage qui retient la proie prisonnière. Il faut qu’un second contact ait lieu rapidement pour que les lobes se referment alors totalement, se plaquant hermétiquement l’un sur l’autre tandis que les dents s’écartent (cela permet ainsi à la plante de «vérifier» que la proie est bien comestible, et d’éviter de se refermer sur une goutte d’eau, un débris végétal ou autre). Les lobes s’ouvrent à nouveau après quelques jours, révélant les restes de l’insecte.

Où les trouver à l’état naturel ? En Caroline du Nord et du Sud.

Bon à savoir: chaque paire de lobes ne peut se refermer que trois fois durant sa période de croissance, avant de sécher. Il faut donc éviter de provoquer le mécanisme soi-même. La rapidité de fermeture des lobes est par ailleurs influencée par la température: si celle-ci est trop basse, la plante se fermera lentement, voire pas du tout. La dionée exige un repos hivernal d’au moins 3 mois. Durant cette période, il est nécessaire de la garder dans un endroit à 10 °C, et de ne pas l’exposer au gel. Enfin, la couleur rouge des dionées est due en partie à la génétique, et en partie à la lumière. Plus cette dernière est vive, plus les dionées seront colorées.

Appâtés par ce qu’ils croient être de la rosée et par la couleur vive des poils des droseras, les insectes s'engluent irrémédiablement. (Photo: istock)
Appâtés par ce qu’ils croient être de la rosée et par la couleur vive des poils des droseras, les insectes s'engluent irrémédiablement. (Photo: istock)

Les droseras

Caractéristiques:La plante est parsemée de poils colorés et mobiles, dont l’extrémité est couverte d’un gel collant, appelé «mucilage». Appâtés par ce qu’ils croient être de la rosée et par la couleur vive des poils, les insectes s’y collent irrémédiablement. Il arrive même que la plante, en sus des poils, s’enroule autour de sa proie pour mieux la piéger.

Où les trouver à l’état naturel ? En 2008, on dénombrait 188 espèces de droséras, localisées principalement dans l'hémisphère Sud. La moitié de ces espèces se trouvent dans le sud-ouest de l'Australie. En Europe, on en recense trois: les droseras rotudifolia, anglica et intermedia.

Bon à savoir: La drosera capensis est la plante carnivore la plus facile à cultiver, et est idéale pour les jardiniers débutants. Le nom «drosera» signifie «couverte de rosée». On peut la faire pousser à l’intérieur ou à l’extérieur. Mais dehors, le soleil colorera les poils en rouge vif. Il est recommandé de ne pas pulvériser trop fréquemment les droseras, car cela dilue le mucilage.

À l’intérieur de la sarracenia, des glandes sécrètent un suc qui attire les insectes et les drogue. (Photo: istock)
À l’intérieur de la sarracenia, des glandes sécrètent un suc qui attire les insectes et les drogue. (Photo: istock)

Les sarracenias

Caractéristiques:On appelle les sarracenias «carnivores à pièges passifs», ce qui signifie que ces plantes n’ont pas de mouvement mécanique. Leurs pièges sont des feuilles modifiées en forme d'urne et protégées par une coiffe, sauf chez la Sarracenia psittacina.

Où les trouver à l’état naturel ? Il existe huit espèces, toutes d’origine nord-américaine.

Bon à savoir: À l’intérieur de la plante, des glandes sécrètent un suc qui attire les insectes et les drogue. L'intérieur du cône est souvent tapissé de petits poils inclinés vers le bas, de manière à empêcher la remontée des insectes. Les différentes caractéristiques des pièges permettent un fonctionnement spécifique selon l’espèce: pour les sarracénies à urnes verticales, la coiffe ne sert pas à refermer le piège mais à éviter que l'eau n'y rentre. Chez les Sarracenia minor, elle empêche aussi les insectes de ressortir. Chez Sarracenia purpurea, les urnes sont couchées et la coiffe facilite au contraire la récupération de l'eau de pluie, ce qui permet de noyer les proies mais facilite également la digestion. C’est l’espèce la plus résistante au gel, et il est recommandé de la cultiver à l’extérieur. Les sarracenias ont besoin d’un maximum de lumière et d’un repos hivernal, durant lequel il faudra à peine arroser.

Au contact des insectes, le nectar couvrant le bord des nepenthes se transforme en une sorte de pâte qui les fait glisser à l’intérieur de l’urne. (Photo: istock)
Au contact des insectes, le nectar couvrant le bord des nepenthes se transforme en une sorte de pâte qui les fait glisser à l’intérieur de l’urne. (Photo: istock)

Les nepenthes

Caractéristiques:Les feuilles possèdent à leur extrémité une urne surmontée – pour la plupart des espèces - d'un opercule qui fait obstacle à l’eau de pluie, permettant d’éviter que le liquide digestif ne soit dilué. Le bord de chaque urne est recouvert d’une sorte de nectar appelé «péristome», qui attire les insectes. Ceux-ci s’approchent, et à leur contact, le nectar se transforme en une sorte de pâte qui les fait glisser à l’intérieur de l’urne et les fait tomber dans le liquide digestif au fond. Ce liquide anesthésie l’insecte et le dissout rapidement.

Où les trouver à l’état naturel ?Il existe une bonne centaine d’espèces et de nombreux hybrides. On les trouve dans la zone intertropicale humide de Madagascar, du Khasi indien et de la Nouvelle-Calédonie. Les îles de Sumatra et de Bornéo sont particulièrement riches en espèces.

Bon à savoir: Il existe certaines espèces de nepenthes très grandes, qui sont les seules plantes carnivores reconnues comme pouvant capturer de petits vertébrés (souris, oisillons, etc.).
Les nepenthes exigent une très grande humidité ambiante et une situation ombragée. Il est donc possible de les cultiver à l’intérieur, mais cela exige de pulvériser de l'eau de pluie ou de source très fréquemment (plusieurs fois par jour si possible) et d’éviter les courants d'air. Les racines des nepenthes doivent par ailleurs toujours être bien aérées. Il est donc important d’utiliser un substrat léger et contenant des matériaux drainants –fibre de coco, gros sable, etc. - et de ne pas laisser d’eau dans la soucoupe.
Il est conseillé de cultiver cette espèce dans des paniers suspendus: les plants se développeront plus librement et n’auront pas besoin d’être soutenus par des tuteurs.

Vidéo: Masterichoo

Benutzer-Kommentare