15 novembre 2018

Pas de pitié pour les maux de saison

Pénibles à soigner et parfois persistants, il est recommandable de prévenir les refroidissements.

Une jeune femme en train de se reposer de sa course dans une ambiance automnale
Faire du sport trois fois par semaine pendant au moins 40 minutes permet de stimuler, entre autres, son système immunitaire (photo: Getty Images).
Temps de lecture 3 minutes
André Dietschi, responsable Medbase Diepoldsau (SG) et Heerbrugg (SG), spécialiste en médecine générale et du sport SGS.

Prévenir le refroidissement et la gêne qu’il occasionne demande une implication permanente. Courir, faire de la marche nordique ou un autre entraînement d’endurance d’intensité moyenne trois fois par semaine pendant au moins 40 minutes est stimulant pour les muscles, le cœur et la circulation et aussi pour le système immunitaire.

Deux ou trois séances de sauna par mois renforcent efficacement les défenses de l’organisme. Dans l’idéal, il faudrait commencer les visites au sauna avant l’arrivée de la saison froide.

Dans plus de 90% des cas l'infection est d’origine virale. Sachant que les antibiotiques sont impuissants face aux virus, ils sont rarement utiles en cas de refroidissement. Il faut surtout s’armer de patience.

Plus de 50% des refroidissements n’étant pas provoqués par une infection au travers de gouttelettes, mais par le biais des mains, il est très important de se les laver fréquemment. Par exemple après avoir touché la rampe d’un escalier roulant ou après avoir séjourné dans un lieu public.

Manger équilibré rend la consommation de compléments vitaminés superflue. En revanche, les personnes âgées ou souffrant d’une maladie chronique peuvent avoir des difficultés à s’alimenter de façon équilibrée. Elles ont donc besoin d’un apport ponctuel en vitamines, minéraux, protéines ou autres éléments nutritifs. Consommer l'alcool avec modération, s’exposer à la lumière naturelle et ne pas fumer font le reste.

Trois fois par jour, gargarisez-vous avec un peu d’eau afin d’éviter que des agents pathogènes éventuellement présents dans la bouche ne puissent se fixer dans la muqueuse. Cela empêche que les virus ne se multiplient dans le pharynx.

Se faire vacciner contre la grippe en automne peut protéger contre la grippe, mais n’empêche pas les infections dues à d’autres virus des refroidissements, dont il existe des centaines.

Entre 24 à 48 heures avant le déclenchement de la maladie, les virus de la grippe sont excrétés et se propagent. Pour éviter les ennuis, c’est par exemple une bonne idée de marcher plutôt que de prendre un bus bondé. On a ainsi moins de risques de s’exposer à la toux d’un passager ou de respirer les minuscules gouttelettes infectieuses présentes dans l’air.

La probabilité d’être contaminé augmente aussi dans une foule: on ne repère en effet pas toujours une personne contagieuse au premier regard.

Benutzer-Kommentare