14 mars 2019

Le télétravail, c’est la santé !

Avec l’aval de leurs employeurs respectifs, Marie, Tonja et Michaël ont préféré l’option coworking et home office à la pendularité longue distance. Rencontre avec des télétravailleurs heureux dans les locaux de blueLab à Yverdon-les-Bains.

Tonja Bollinger, 36 ans, Cheyres (FR), responsable marketing et communication à 80% chez Foxtrail
Temps de lecture 3 minutes

«Changer d’air, voir des gens»

«L’entreprise qui m’emploie encourage le home office. Je travaille donc à la maison, sauf évidemment les jours où mon activité m’amène à me déplacer. Quand je suis devenue maman, j’ai eu envie de travailler un jour par semaine à l’extérieur pour changer d’air, voir des gens, échanger des idées… Du coup, j’ai cherché un espace de coworking dans la région. Le blueLab est à une quinzaine de minutes de train et de vélo de chez moi, ce n’est pas loin. Je me suis ainsi remise à penduler, mais sur une très courte distance. En effet, il y a quelques années, j’avais pendulé entre Lausanne et Genève. C’était agréable et confortable, car j’avais la chance de faire les trajets en dehors des heures de grande affluence. Comme quoi on peut aussi penduler sans souffrir.»

«Ma priorité est ma famille»

Michaël Marquis, 32 ans, Estavayer-le-Lac (FR) - analyste qualité à 100% chez Tetra Pak

«L’été passé, j’ai été nommé analyste qualité. Comme je suis papa d’une petite fille, j’ai expliqué à mon employeur que ma priorité était ma famille et que je n’allais pas faire les trajets jusqu’à Zurich où se trouve le siège suisse de l’entreprise. Comme ce nouveau job était plus orienté bureau, on m’a proposé de télétravailler. Si bien qu’aujourd’hui, je fais grosso modo 20% de home office, 20% de déplacements et 60% de coworking. Si j’ai opté principalement pour cette dernière solution, c’était pour pouvoir me plonger dans une atmosphère de travail et ne pas avoir à rester tout le temps à la maison. Télétravailler au lieu de penduler, c’est tout bénéfice : j’économise de l’argent, je gagne du temps (je ne mets que vingt minutes en voiture pour venir à Yverdon), je suis moins stressé et moins fatigué aussi.»

«J’ai gagné en qualité de vie»

Marie Thuilier, 28 ans, Mathod (VD) - assistante exécutive à 100% chez Immersion 4

«Je suis arrivée dans cette entreprise en octobre, au moment où elle cherchait des locaux. Il était même prévu que je travaille à Saint-Sulpice (VD). Mais je ne me voyais pas toute seule dans ces 100 m2 tout beau, tout neuf. En plus, j’aurais dû à nouveau penduler et je n’en avais pas envie tellement j’avais trouvé pénible mon expérience précédente de pendulaire (elle a fait les trajets Mathod-Lausanne en voiture durant trois ans, ndlr). Sans compter que j’aurais perdu l’équivalent d’une journée de travail par semaine en déplacements. Ça aurait été ridicule ! J’ai donc proposé l’alternative coworking à mon patron et il a accepté. Le blueLab est à sept minutes de chez moi, la maman de jour de ma fille se trouve juste à côté, c’est hyper pratique. Oui, j’ai vraiment gagné en qualité de vie!»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Peter Breitler

Le défi de la réinsertion professionnelle

Informationen zum Author

distributeurs de billets CFF

Les automates ont moins le ticket

Ensemble, tout simplement

Selon Emmanuel Ravalet, la tendance à la grande pendularité va se poursuivre et s’intensifier

«La grande mobilité des uns est permise par l’immobilité des autres»