10 janvier 2018

Pourquoi il y a des terroristes?

Jean-Paul Rouiller, spécialiste du terrorisme, répond à la question de Leny, 9 ans.

Question mansucrite d'enfant: pourquoi devient on terroriste?
La question de Leny, 9 ans
Jean-Paul Rouiller, spécialiste du terrorisme au Geneva Centre for Security Policy. (lien en anglais).

«Il n’y a pas de réponse simple à ta question. Il y a autant de réponses qu’il y a d’individus engagés dans le terrorisme.

Personne ne naît terroriste: chaque individu qui bascule dans le terrorisme décide, à un moment donné, de le devenir.

Tu pourrais alors me demander pourquoi certains décident de devenir terroristes. Je te répondrai en te racontant une histoire. Imagine un enfant assis dans sa classe. Ce matin-là, cet enfant a un besoin absolu de partager quelque chose avec sa classe. Ce «quelque chose», une bonne ou mauvaise idée, une histoire triste ou drôle, est plus important que tout pour lui. Et il veut le partager avec les autres.

Dans mon exemple pourtant, personne n’est prêt à l’écouter. Ses camarades, son professeur poursuivent leurs activités comme si de rien n’était. Quels seraient les choix de cet enfant si désireux de dire quelque chose… ?

Monter sur une table pour être vu et entendu? Se lever brusquement, crier plus fort que les autres? Faire une crise de colère?

Transposons maintenant cette histoire dans le monde des grands: imagine que des adultes, jeunes ou vieux, cherchent à dire quelque chose. Qu’ils estiment savoir mieux que les autres ce qui est bon ou mauvais. Pour se faire entendre, ils décident de faire du mal aux «autres», soit à ceux qui ne les entendent pas, à ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. On devient terroriste par désespoir, par choix ou par défaut.

Et presque toujours, on le devient parce que l’on croit – à tort – que ce que l’on a à dire, que ce que l’on veut imposer aux autres, vaut plus la peine que tout.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Portrait de Nicolas Vulliemoz, Responsable de l’Unité de médecine de la reproduction au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV)

Nicolas Vulliemoz: «Le bien-être du futur enfant prime»

Les enfants allongés sur le sol côte à côte lors d'un atelier de méditation.

La méditation pour apprendre à reconnaître ses émotions

Raymonde Caffari-Viallon faisant semblant de jouer avec des animaux en peluche

«Beaucoup d’enfants ne jouent pas assez»

Illustration humoristique sur des frères et soeurs qui se disputent.

La jalousie entre frère et sœur