3 décembre 2017

Pourquoi y a-t-il plus de droitiers que de gauchers?

François Gaillard, neuropsychologue, Université de Lausanne, répond à Romane, 10 ans.

Une question de Romane, 10 ans.
Temps de lecture 2 minutes
François Gaillard, neuropsychologue, Université de Lausanne.

«En fait, il n’y a aucune raison: l’inverse aurait tout aussi bien pu se passer. Mais cette tendance à préférer la main droite à la main gauche date de l’apparition de l’homo sapiens il y a des milliers d’années. Déjà à cette époque, le cerveau des hommes était asymétrique: ses deux moitiés étaient séparées et avaient chacune leurs spécialités. C’est encore le cas aujourd’hui. Cette asymétrie a favorisé la fabrication et l’utilisation d’outils, de même que l’apparition et l’évolution du langage. Et, pour des raisons que l’on ignore, la main droite a développé la première son habileté chez 9 hominidés sur 10.

Le reste est une question d’hérédité, tu sais, ce qui fait que tu ressembles à tes parents. Le surnombre des droitiers a été transmis par les gènes sur plusieurs générations. Et il n’est pas rare qu’il y ait plusieurs gauchers dans une même famille. Mais la préférence pour la droite ou la gauche s’entraîne. Le petit enfant, d’abord symétrique, hésite devant la première marche de l’escalier: quel pied poser? Quand il aura développé son asymétrie corporelle, il agira rapidement et avec précision. Le risque qu’il court est de manquer le pic de cette préférence au moment voulu, vers 6 ans, et de rester ainsi hésitant et maladroit. Dans ce cas, il pourra être aidé par la psychomotricité et l’ergothérapie.

Une simple question comme la tienne a donné naissance à la neuropsychologie, la science des relations entre les perceptions, les actions et spécialisations cérébrales.» 

Benutzer-Kommentare