11 septembre 2017

Rex, tu épluches mes patates?

Déco, design, tendance: cette semaine, on s'intéresse à l'histoire de l'épluche-légumes, icône du design suisse.

Eplucheur Rex Micasa
Photo: Micasa

Sûr que vous en avez un dans le tiroir de la cuisine. Il a sans doute derrière lui des kilos de patates, de carottes et tout autant de pommes déshabillées par sa fine lame: j’ai nommé l’épluche-légumes. Objet culte de tout cuisinier qui se respecte et des designers industriels, il a conquis le monde dès sa naissance, grâce au trait de crayon du génial Grison Alfred Neweczerzal. Ce fils d’immigrant tchèque, né à Davos, a fait breveter son invention sous le nom de «Rex» en 1947. Son apparition n’a pas seulement ravi les esthètes qui louent sa ligne épurée et ses courbes parfaites rappelant celle d'un rasoir, elle a surtout révolutionné le petit monde de l’épluchage. Car avant cela, les malheureux collés de corvée de patates, à commencer par les militaires, n’avaient pour seul outil que leur couteau. On imagine aisément les pertes en matière de pomme de terre et de doigt…


L’invention de Monsieur Neweczerzal a toutefois un concurrent. Il s'appelle «Econome» (la marque est déposée) et fut lancé en 1929 par le Français Victor Pouzet à Thiers. Mais oui, cet éplucheur qui ressemble à un couteau et dont il existe une version pour gaucher et une pour droitier. La rivalité entre eux est telle que l’on se dit de l’école de l’un ou de l’autre.

Photo: DR

Pour ma part, j’ai choisi le camp de Rex une fois installée dans mon studio d’étudiante, car je dois avouer qu’à la maison, ma mère était plutôt «Econome». La forme quasi inchangée de ce cher Rex malgré le temps qui passe et son succès mondial (plus de 50 millions d’exemplaires écoulés sur la planète) en font une icône du design suisse incontestée. D’ailleurs, on le trouve sur la boutique en ligne du MoMa de New York. Pour les collectionneurs, il existe une version gold éditée en l'honneur de ses 60 ans par la maison Zena, et pour les plus fauchés, une version M-Budget à 1.80 fr. Après ça, difficile d’échapper à la corvée de patates.

Photo: ZENA

Benutzer-Kommentare