2 novembre 2017

Cash noisette

La chronique de Sandrine Viglino, humoriste.

Sandrine Viglino
Sandrine Viglino, humoriste.

Soucieuse de ne pas devenir une vieille conne, je fais tout pour être au top de la technologie. Ça évitera au moins le côté conne, et pour le côté vieille, je m’interdis la chirurgie (en tous les cas jusqu’à 50 ans). J’essaie d’être une «femme augmentée». Quand j’ai découvert qu’à Stockholm 95% des gens payaient sans cash, je me suis dit: «Ciao le cash». Fini les pièces de monnaie qui traînent partout. Fini la peur de me faire surprendre avec un vieux billet de 10 sur moi. Bref: fini le liquide! (A mes compatriotes valaisans, je parle bien d’argent). La Suède est toujours en avance. Ils ont été les premiers à donner un nom à leurs meubles, c’est bien la preuve! J’ai donc installé l’application Swint*, le porte-monnaie digital suisse à cause des Suédois. Un nouveau monde s’ouvre à moi depuis quelques jours. Mon smartphone paie tout. C’est magique. Plus besoin de cartes ni de code PIN. J’ai l’impression de faire du naturisme tellement je me sens nue sans mon porte-monnaie. J’ai mon natel dans une main et ma Cumulus dans l’autre. (Je dois encore la mémoriser sur le smartphone).

Je rencontre cependant certains soucis techniques. Sans monnaie dans mes poches, je me suis payée la honte à l’église au moment de la quête. En plus je n’ai rien pu donner au SDF devant l’église en sortant, ce nul n’avait pas de lecteur Swint. En Suède, l’église s’est déjà adaptée. La quête peut être payée avec l’application et d’ailleurs le montant de la récolte a été multiplié par 3. Pour les SDF suédois par contre, comme la banque ne leur permet pas d’ouvrir un compte, leur récolte a été divisée par 3. On va bientôt retrouver des beaux grands blonds sexy en train de mendier sur les places lausannoises et ils devront tout accepter: «Je vous donne pas de l’argent mais du lait pour vos enfants… Vous êtes allergique au lactose et n’avez pas d’enfant?...» En Suisse les clochards doivent accepter les monnaies locales. «Je vous donne en Farinet comme ça vous pourrez faire marcher l’économie locale.» Le Farinet c’est la nouvelle monnaie locale valaisanne qui tente de remplacer l’ancienne: le dessous de table. Le Farinet comme monnaie valaisanne, c’est comme si, dans 172 ans, on fait un vin vaudois qu’on appellera le Giroud. Il y a également la monnaie virtuelle des geeks: le bitcoin. Bite comme binaire et Coin comme monnaie. C’est de la cryptomonnaie. Le bitcoin c’est la monnaie 2.0 alors que le Farinet c’est la monnaie 0.5 pour mille.

Bref, l’évolution c’est de ne plus avoir de cash. Alors si vous ne voulez pas passer pour un has-been, débarrassez-vous vite de vos billets. Dans ma grande générosité, je vous donne volontiers un coup de main, envoyez-moi vos billets par la poste, je m’occupe de m’en débarrasser.

* nom connu de la rédaction

Benutzer-Kommentare