23 février 2018

Sapiosexuel ou l'esprit sexy

Ils trouvent que l'intelligence est ce qu’il y a de plus attirant au point de la placer en première position de leur imaginaire érotique. Et le corps dans toute cette histoire?

Illustration d'une carte de jeux, le 2 de coeur.
(Illustration: Amélie Buri)

Vous doutez du lien entre intellect et attirance sexuelle? Tenez, prenez par exemple un professeur d’université pas franchement beau, mais dont toutes les étudiantes tombent, ou presque, amoureuses. C’est un classique maintes fois revisité sur grand écran qui laisse sous-entendre que l’intelligence - certes accompagnée d’une certaine position qui fait autorité – aurait un pouvoir magnétique, stimulant jusqu’à la libido. Cette idée a même donné naissance à un néologisme: Sapiosexuel. Non il ne s’agit pas d’hommes des cavernes mais de personnes qui trouvent l’intelligence attirante au point qu’elle occupe la première place dans leur imaginaire sexuel.

Mais que penser vraiment de cette tendance qui voudrait remettre au goût du jour la vieille lutte du corps contre l’esprit? Pire, qui tendrait à hiérarchiser le désir, avec cette idée sous-jacente et très pieuse, que la meilleure version de nous-mêmes n’a pas de sexe.

➜ A lire aussi: Jouir au cinéma

Bon, étant donné que les préliminaires commencent bien avant le lit (oui oui)… il est difficile de ne pas admettre au moins que l’esprit à son importance en matière de désir. C’est vrai, c’est quand même beaucoup plus excitant un homme ou une femme qui vous challenge un peu intellectuellement, qui vous parle d’un ton passionné d’un truc passionnant, que quelqu’un qui vous raconte que Florence c’est nul parce qu’on ne peut pas y faire de roller: c’est tout pavé partout.

Voilà, voilà.

Mais est-ce à dire que l’intelligence est, comme pour les sapiosexuels, un conditionnel absolu du désir?

Une question qui en pose tout un tas d’autres d’ailleurs: De quel genre d’intelligence parle-t-on? A quoi la mesure-t-on? Et puis c’est pas parce qu’on est intelligent et cultivé qu’on ne peut pas être, en même temps, un sombre con, non?


Le débat est sans fin mais l’idée induite serait que le sexe est meilleur quand il est purement cérébral, et le désir plus légitime quand il porte sur un esprit cultivé et un certain niveau d’instruction. Et voilà qu’un lourd parfum de perruque poudrée et de poussiéreuse correspondance amoureuse nous donne envie d’éternuer.

➜A lire aussi: Le droit de jouir

C’est le moins qu’on puisse dire puisque ce postulat ressemble davantage à une réaction épidermique face à la toute-puissance du corps qu’à une véritable attraction. En fait, cette vision met peut-être en exergue la peur de certains face à un monde ultra-charnel, hyper-sexualisé où tout ne serait réduit qu’au corps, à l’apparence, au stigmate.

Péché parmi les péchés.

Là où certains prônent le culte du corps, se soumettant au diktat de l’image, d’autres comme les sapiosexuels leur opposent la suprématie de l’esprit… Seule valeur noble et authentique qui mènerait à la véritable jouissance et que nos bas instincts charnels ne savent qu’imiter…

Seul hic (ou pas), il est impossible d’extraire le corps de la sexualité.

Comme il est impossible de trancher dans le débat. Le désir est capricieux. Il ne répond à aucune règle ou presque. Vouloir placer l’intellect au sommet de la pyramide est aussi absurde que vouloir y mettre le corps seul. Le désir reste quelque chose de complexe, dont on sait qu’il convoque bien d’autres aspects: la chimie, l’état d’esprit, l’intellect, la psychologie, le corps… Il faut donc une concordance de toutes ces variables ou de quelques-unes pour que la masturbation intellectuelle de bistrot puisse mener à l’orgasme sexuel au lit.

➜A lire aussi: La sexualité au sein du couple n'est pas toujours fun

Benutzer-Kommentare

Articles liés

le 8 de carreau.

Les rapports pendant les règles: une bonne idée?

une carte de jeux.

Le clitoris ou le droit de jouir

Christian Rollini

«Il est plus facile de regarder son smartphone que de faire l’effort de séduire l'autre»

Question nourriture, ma chatte Zouc est-elle difficile? (Photo: Yago Hernandez)

Le chat-chat à son pépère