21 octobre 2017

L'assassin, c'est madame Fraise!

L’ADN a rendu son verdict: c’est madame Fraise qui a poignardé le colonel Moutarde dans la salle de bain...

noé
Noé va tenter d'élucider une affaire...

1 Noé a besoin de trois fraises, d’un sachet de congélation refermable, d’un entonnoir, d’un filtre à café, d’une balance, d’alcool pur, d’eau chaude, de sel non iodé, de liquide vaisselle et de deux gobelets.

2 Notre expert mélange 78 g d’eau chaude, une ½ cc de sel et 1 cs de produit vaisselle. Il met les fraises et 2 cs de sa mixture dans le sachet qu’il referme en ne laissant qu’un minimum d’air à l’intérieur.

3 Avec ses doigts, il écrase les fraises restées dans le sachet. Il passe ensuite cette purée à travers le filtre à café placé dans l’entonnoir, puis essore le filtre presque jusqu’à la dernière goutte.

4 S’il veut élucider cette affaire, Noé doit encore ajouter 94 g d’alcool pur à son «jus». De petits filaments apparaissent: ce sont les brins de l’ADN des fraises. Sont-elles coupables ou innocentes?

Le phénomène

Comme tous les autres organismes vivants (nous y compris), les fraises sont constituées de cellules à l’intérieur desquelles est enfermé leur code génétique. C’est le fameux ADN (acide désoxyribonucléique en langage savant) dont on parle si souvent dans les séries policières. Si l’on veut libérer cette molécule, il faut d’abord user de liquide vaisselle pour casser les membranes des cellules. Puis ajouter de l’alcool pour faire apparaître l’ADN sous la forme d’une petite pelote (les chimistes appellent cela un précipité). Bonne enquête!

Benutzer-Kommentare