11 avril 2018

Le sel et l'huile, ces briseurs de ménage

Eau et savon font bon ménage. Mais il suffit d’un grain de sel ou d’une goutte d’huile pour briser ce lien!

Émilie
Émilie va faire un peu de cuisine. (Photos: Pierre-Yves Massot)
Temps de lecture 2 minutes

1 Pour pouvoir réaliser cette expérience, Émilie a dû dégoter quatre récipients hermétiques, du savon ou du liquide vaisselle, du sel, un petit morceau de craie, de l’huile, de l’eau et des cuillères à café.

2 Sans attendre, notre apprentie chimiste remplit chaque flacon d’eau. Jusqu’à la moitié seulement. Pas plus, pas moins! Pas moins, pas plus! Et inversement. C’est fait? O.K., on peut passer à la suite!

3 Émilie dissout une bonne cc de sel dans l’eau du premier flacon. Elle réduit en poudre la craie avant de la mélanger à l’eau du deuxième. Elle verse 2 cc d’huile dans le troisième et enfin rien dans le dernier.

4 Il ne lui reste plus qu’à ajouter, dans chacun des récipients, quelques gouttes de liquide vaisselle, à refermer ceux-ci hermétiquement, à les secouer et à observer le résultat scientifiquement.

Le phénomène

Le savon et l’eau s’associent facilement. Sauf si un intrus entre dans la danse. Le sel, par exemple, qui empêche l’eau de s’unir au savon, raison pour laquelle il est si difficile de se laver à l’eau de mer. Ou la craie à laquelle le savon se lie de préférence à l’eau, attiré qu’il est par le calcium. Du coup, le savon perd son pouvoir nettoyant qu’il peut retrouver grâce aux phosphates (c’est pour ça qu’il y en a dans les lessives) qui piègent le calcaire. Et avec l’huile? Eh bien, le savon joue un «double jeu», il fait comme un pont entre l’eau et l’huile.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Noémie

Les mini-icebergs ivres

Noémie

La diffusion des molécules de colorant dans l'eau

Noémie

Une biomolécule qui constitue une grande partie de notre alimentation

Zoé

Une forme bien mystérieuse