18 avril 2018

Sidi Larbi Cherkaoui, sculpteur du vivant

Adulé dans le monde entier, le chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui a ouvert le festival Steps 2018 avec «Icon», une pièce dans laquelle les danseurs travaillent l’argile pour façonner le monde.

Sidi Larbi Cherkaoui et une danseuse lors d'une répétition.
Sidi Larbi Cherkaoui se plaît à casser les codes artistiques (photo: Désirée Good).
Temps de lecture 2 minutes

Une journée avec Sidi Larbi Cherkaoui

«Je vis chaque jour un tsunami d’émotions, explique Sidi Larbi Cherkaoui. Regardez ce qu’il se passe actuellement avec Facebook ou la Syrie.

Le monde actuel est si trouble et absurde. Il ne m’est pas compliqué de trouver l’inspiration.

Sidi Larbi Cherkaoui

Le chorégraphe lit donc le monde pour créer de la danse contemporaine. Dans le cadre du festival Steps organisé par le Pour-cent culturel Migros, il présente un diptyque bluffant composé de «Noetic», une chorégraphie esthétisante sur le rapport à l’existence, et d’«Icon», une pièce montrant – avec de l’argile – comment notre société forme et détruit ses icônes. (Regardez les vidéos ci-dessous)

Toujours inspiré, cet être sensible et discret ose aussi casser les codes artistiques. Ainsi, il travaille actuellement aussi bien sur une comédie musicale basée sur un album d’Alanis Morissette que sur un spectacle commémorant la fin de la Première Guerre mondiale ou sur une chorégraphie pour sa compagnie Eastman. À moins qu’il ne mette en scène un opéra ou gère le Ballet royal de Flandre (lien en anglais ou en néerlandais) dont il a repris la direction artistique en 2015. «Je veux montrer les points communs qui existent entre ces disciplines.

Car si les formes sont différentes, l’intention et l’énergie sont souvent les mêmes.

Sidi Larbi Cherkaoui

Laissez-vous envoûter par ces extraits en vidéo des deux spectacles «Noetic» et «Icon», chorégraphiés par Sidi Larbi Cherkaoui:

Benutzer-Kommentare