21 novembre 2017

Sonia Grimm, l’enchanteresse

Pour cette fin d’année, l’artiste nyonnaise a créé un album destiné à tous les âges et un spectacle de Noël avec chœur et musiciens. Et décidé de remplacer dorénavant «le kitsch par le beau».

sonia grimm
Sonia Grimm: «La scène est un espace de liberté, dans lequel je peux suivre mes envies et utiliser mon personnage pour faire ce que je veux!»

Je suis celle, je suis «ailes, je suis celle en qui je crois»: ça y est, une fois écouté, le tout nouveau titre de Sonia Grimm ne vous quitte plus! Et c’est tant mieux. Car les paroles de la chanteuse véhiculent comme à chaque fois un message positif de confiance en soi et d’espoir en l’avenir qui booste immédiatement le moral. Et ce, même chez les «grands».

Mettez le son pour écouter la chanson interprétée par Sonia Grimm spécialement pour vous dans la vidéo ci-dessous.

C’est d’ailleurs là la grande surprise de cet hiver: loin des entraînantes ritournelles pour petits auxquelles la chanteuse nous avait habitués, ce premier titre de son nouvel album est plus posé, plus sérieux, et semble s’adresser à un public composé d’enfants plus grands et d’adolescents.

J’avais envie de créer des chansons pour tous les âges.

«Mes messages s’adressent à tous, et s’ils sont exprimés avec des mots simples, touchent quand même aussi les plus petits.» Afin de donner encore davantage de poids à son discours, elle a innové en tournant un clip (voir au bas de la page): «C’est la première fois que je scénarise l’une de mes chansons. C’est une réalisatrice lausannoise qui s’est chargée de la vidéo. Je lui ai dit: «Je veux quelque chose de doux, de pur et de poétique. Et je trouve le résultat très réussi.»

Des chansons éducatives

Mais même si la chanson a donné son titre à l’album, elle est accompagnée de nombreux autres titres, porteurs eux aussi de messages importants pour la chanteuse. Ainsi, Libelle est «un petit récit satirique, qui souligne le fait qu’il est inutile d’en vouloir aux autres de ce qui nous arrive de négatif. C’est aussi souvent notre responsabilité, et le fait de s’en rendre compte permet de se corriger et de ne pas cultiver un désir de vengeance.» La chanson J’ai mauvais caractère, pour sa part, souligne l’importance de ne pas se fier aux apparences: «Si l’on dit par exemple à un enfant de ne pas suivre les méchants messieurs et que c’est une gentille dame qui les aborde, qu’est-ce qui se passe?»

Pour Sonia Grimm, il est ainsi essentiel d’apprendre aux enfants à décoder leur environnement: «De toute manière, ils sont maintenant vite happés dans le monde des grands, et confrontés depuis tout petits aux mêmes images que nous. Il est donc nécessaire de leur apporter très vite les filtres nécessaires et leur donner les clés qui leur permettront de faire leur chemin dans le monde en toute confiance et en sécurité.»

Le plein de nouveautés

Tous les titres – ainsi que beaucoup d’autres –, pourront aussi être «vécus en vrai» lors de ses spectacles Noël en chœur, dont la tournée débutera le 2 décembre 2017, en même temps que la sortie de son album. Là aussi, la charismatique chanteuse métamorphose son concept: tout d’abord, cinq musiciens l’accompagnent sur scène depuis l’an passé, «qui amènent du punch et une bouffée d’air frais», et lui offrent une belle liberté d’action: «Maintenant, je lève les bras… et la musique s’arrête, c’est magique!», s’amuse- t-elle.

Les tenues de Sonia Grimm «font rêver les enfants: ça sert à ça, un spectacle!»

Ensuite, elle a épuré ses spectacles en y enlevant beaucoup de texte intermédiaire, estimant que ses chansons se suffisent à elles-mêmes. Autre grand changement: un chœur de cinquante enfants, formé dans le cadre de l’association «J’aime la scène» – créée par l’artiste pour permettre aux enfants de s’initier aux différents aspects de la scène: «Je voulais faire des spectacles dans une cathédrale, mais il y fait vite froid et les enfants ne voient rien dès le troisième rang…»

J’ai décidé d’amener la cathédrale dans la salle, par le biais d’un chœur!

Vers la sobriété et le vrai

Enfin, Sonia Grimm a dorénavant décidé de «remplacer le kitsch par le beau» et de «choisir des rôles moins clinquants, en allant davantage vers la sobriété et le vrai». Maman de deux adolescents de 16 et 18 ans qu’elle désire ménager, elle évitera désormais les costumes extravagants. Mais qu’on se rassure: elle continuera à favoriser les changements de tenues – «qui font rêver les enfants: ça sert à ça, un spectacle!» – et à intégrer à l’histoire un méchant – «cette fois-ci, ce sera un grincheux qui veut voler les cadeaux et empêcher Noël», ainsi que le Père Noël et le Petit Jésus.

J’ai toujours adoré Noël. C’est comme si on mettait le bouton sur «pause», qu’on s’offrait un moment de relaxation avant de se lancer dans une nouvelle année.

Sonia Grimm

Alors, durant cette parenthèse magique, elle a décidé de s’offrir un nouveau rêve: «Cette année, vous allez voir: je m’envole! Dans la vraie vie, je suis très pudique. Mais la scène est un espace de liberté, dans lequel je peux suivre mes envies et utiliser mon personnage pour faire ce que je veux!» Même si elle avoue avoir «toujours le trac et envie de faire pipi avant de monter sur scène», et être parfois tellement stressée au début du spectacle qu’elle en oublie les paroles et doit demander aux enfants les plus proches de les lui souffler…

Regardez le clip du nouvel album de Sonia Grimm Je suis «Ailes».

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Sidi Larbi Cherkaoui et une danseuse lors d'une répétition.

Sidi Larbi Cherkaoui, sculpteur du vivant

Elisa

Dans les oreilles de…

Youtube Kids

Les humains reprennent les commandes de Youtube Kids

Anaïs Vieira lors d'un combat de nunchaku

Une grâce martiale