19 janvier 2018

Après la fin, le renouveau

L'éditorial de Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.

Steve Gaspoz
Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.
Temps de lecture 2 minutes

Notre civilisation va droit dans le mur, il convient donc de se préparer à un nouveau départ. C’est en substance ce que dit la «collapsologie», qui tente de penser l’avenir après l’effondrement programmé de notre société post-industrielle. Pour son fondateur, Pablo Servigne, la rupture au niveau financier, économique, énergétique et écologique ne fait pas de doute et la seule question encore ouverte est celle du quand (lire en page 18).

Une utopie catastrophiste de plus ou de sombres perspectives à prendre au sérieux? Personnellement, je ne peine pas à croire qu’un monde de croissance sans fin n’est pas possible et que les ressources de notre planète sont limitées. Il est aussi évident que l’interconnexion de la planète rend l’ensemble plus fragile, car les toussotements d’une partie ont une influence sur l’ensemble. La crise financière de 2008 nous l’a très bien démontré. D’un autre côté, même en sachant cela, je ne suis pas très motivé par la perspective d’un changement de mode de vie et par une perte de confort.

Pourtant, c’est bien là le problème. Pas seulement le mien, mais celui de la société entière. Nous savons tous que certains comportements collectifs ne sont pas raisonnables et durables, mais ne les changeons pas par intérêt ou égoïsme. Nous – individus, collectivités, entreprises – agissons avec un certain cynisme en oubliant certains indicateurs pourtant clairs. De la même manière qu’un automobiliste n’admettra jamais avoir grillé un feu rouge, mais seulement orange, parfois très foncé.

Que nous vivions un effondrement de notre société ou une évolution, nous le verrons bien. Par contre, il n’est jamais trop tôt pour réfléchir sur la société dans laquelle nous voulons vivre et sur notre manière d’interagir avec notre environnement, naturel et social.

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Steve Gaspoz

L’ère des robots arrive

Une illustration de OSEF

Mais comment tu causes?

Modric, meilleur joueur, et Mbappé, meilleur jeune d’une sacrée compétition (capture d’écran).

La France remporte la guerre des goals

araignée

La photo de la semaine de Nouria Hernandez