9 février 2018

Craindre ou prévenir?

L'éditorial de Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.

steve gaspoz
Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.

Durant mon adolescence, le sida était la nouvelle maladie que nous craignions tous. Dans les écoles, difficile de passer entre les gouttes de la prévention, et le spectre d’une mort lente et douloureuse obsédait notre découverte de la sexualité. À tel point que pour ma génération, le préservatif n’était pas un moyen de contraception, mais un rempart à la maladie.

C’était il y a longtemps et les temps ont bien changé depuis. La différence notoire est que l’on ne meurt officiellement plus du sida et que les thérapies ont fait des progrès énormes permettant aux personnes porteuses du virus de poursuivre une vie normale ou peu s’en faut. Ce changement aura eu pour conséquence qu’au fil des années, la crainte de la maladie et de ses conséquences a fini par s’estomper et l’usage du préservatif également. Avec pour corollaire un retour en force des maladies sexuellement transmissibles, dont on avait quasiment oublié l’existence et les désagréments.

Lire notre dossier: VIH: le test n’est pas suffisamment utilisé

Pour le coup, la crainte du VIH a semblé plus efficace que les multiples campagnes de prévention. Il reste toutefois étonnant que, aussi fantastiques que soient les traitements actuels et futurs, certains préfèrent prendre et faire prendre des risques à leur partenaire plutôt que d’utiliser un simple préservatif. Comme si le progrès médical se révélait contre-productif en matière de responsabilité individuelle.

À terme le sida se guérira peut-être comme une grippe. C’est ce que l’on peut souhaiter. Mais même dans ce cas-là, le bon sens nous dicterait, selon le dicton, qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

Benutzer-Kommentare

Plus sur ce thème

Des mains tenant des préservatifs, des médicaments et des rubans symbolisant la lutte contre le sida.

Articles liés

le 8 de carreau.

Les rapports pendant les règles: une bonne idée?

Illustration d'une carte de jeux, le 2 de coeur.

Sapiosexuel ou l'esprit sexy

Des mains tenant des préservatifs, des médicaments et des rubans symbolisant la lutte contre le sida.

VIH: le test n’est pas suffisamment utilisé

C’est quoi un sexe parfait au juste?