7 juillet 2017

En manque d’amour

Temps de lecture 2 minutes

Par Steve Gaspoz, rédacteur en chef de Migros Magazine.

La naissance d’un enfant est la plus belle chose de la vie. La possibilité de donner la vie, découvrir le fruit de ses amours et l’aimer plus que soi-même. Nombreuses sont les mères à décrire leur expérience de la maternité de la sorte. D’autres le voudraient elles aussi, mais n’y parviennent pas. Dans ce numéro, notre journaliste Nina Seddik est partie à la rencontre de mamans qui ne ressentent pas pour leur enfant ce qu’elles voudraient. Qui ne parviennent pas à l’aimer.

Le sujet est tabou, et les femmes qui ont accepté de témoigner font preuve d’un immense courage. Parce qu’elles vivent une situation très difficile, de détresse. Elles voudraient que les choses se déroulent différemment, elles désireraient aimer leur enfant comme on aime généralement son enfant. Seulement, pour elles, les choses se passent différemment. Sans véritable raison. En creusant les parcours de tout un chacun, il est possible de tirer toutes sortes de conjectures, de penser que la cause de ceci réside peut-être en cela ou du mélange de différents facteurs ou... Mais au final, nous n’en savons fichtre rien.

Une explication à l’amour ou à son manque, il n’y en a pas. Alors, nous sommes tentés par le jugement. Nous pensons qu’il faudrait tenter ceci ou cela, qu’une telle situation ne peut être simplement acceptée. C’est humain et normal, mais c’est oublier que ces femmes, ces mamans, souffrent de leur situation, de celle de leur enfant. D’ailleurs, dans nos témoignages chacune d’entre elles insiste sur le fait que l’enfant n’y peut rien et qu’il ne faut surtout pas qu’il en souffre d’une quelconque manière, qu’il ne doit se rendre compte de rien.

En lisant ce sujet, j’ai été touché, comme vous le serez certainement aussi. J’ai pensé à ma propre existence, je me suis interrogé sur ce qu’une telle situation pouvait avoir comme conséquence sur une famille, son entourage. Il n’y a qu’à considérer les ravages provoqués par les tensions ou conflits familiaux pour imaginer la pression qui repose sur les épaules de ces femmes. Je ne peux que leur souhaiter de trouver la force, le courage et le soutien nécessaire au quotidien.

Benutzer-Kommentare