21 septembre 2018

La forêt gagne l’intérieur

L'éditorial de Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.

Steve Gaspoz
Steve Gaspoz, directeur de la rédaction.
Temps de lecture 2 minutes

Montre-moi tes plantes vertes et je te dirai qui tu es. Nos plantes d’intérieur comme notre décoration disent beaucoup de nous-mêmes. De même que leur absence ou leur abondance. Cette semaine, nous sommes allés à la rencontre de passionnés de verdure qui n’hésitent pas à transformer leur intérieur en un véritable jardin. Un moyen de faire entrer de la vie dans sa maison, de vivre au rythme d’une nature domptée.

En découvrant les photos de notre article, difficile de ne pas tomber sous le charme. Tout semble parfait, bien ordonné, hautement désirable. Et puis vient la question qui gâche tout: comment entretenir une telle jungle chez soi? Imaginez simplement une absence d’une petite semaine. Les voisins ne se feront pas avoir deux fois en acceptant de venir arroser de temps à autre durant les vacances. En un mot: la galère!

Les bienfaits de la nature, la vraie, sur notre bien-être ne sont plus à prouver

Steve Gaspoz

Et pourtant, les jungles d’intérieur ont le vent en poupe. Il s’agit même d’un véritable phénomène né il y a quelques années sur les réseaux sociaux et qui ne cesse de gagner des adeptes dans les grands centres urbains de la planète. La corvée d’entretien s’efface devant le plaisir de voir grandir dans son intérieur une nature protégée, un cocon de verdure qui permet d’oublier les tracas de la ville, le béton, le bruit.

Les bienfaits de la nature, la vraie, sur notre bien-être ne sont plus à prouver. La faire entrer chez soi est un moyen d’en profiter sans devoir aller à sa rencontre, de renouer avec ses bienfaits à l’envi. Un moyen aussi de donner vie au rêve de nature. Dans notre société du virtuel, la jungle d’intérieur constitue une réponse bien réelle au manque de contact avec l’environnement, tout en y ajoutant une touche de poésie bien souvent absente du quotidien.

➜ A lire aussi: Le risque de la déconnexion

Benutzer-Kommentare

Plus sur ce thème

Miriam Schmid

Articles liés

Faut-il se déchausser lorsqu’on est invité?

Selon Emmanuel Ravalet, la tendance à la grande pendularité va se poursuivre et s’intensifier

«La grande mobilité des uns est permise par l’immobilité des autres»

Götz Rehn au nouveau siège d'Alnatura bâti en argile.

«Le bio ne doit pas être un luxe»

«Si tes rêves ne te font pas peur, c’est qu’ils ne sont pas assez grands»