11 avril 2018

Sur les traces de la «petite Colombe»

Aux portes de Bienne, entre Frinvillier et Boujean, la Suze bouillonne pour se frayer un passage dans les gorges du Taubenloch. Selon la légende, une fille d’une grande beauté y aurait perdu la vie dans des circonstances dramatiques.

Des parois rocheuses spectaculaires jalonnent ce lieu empreint de légende (photo: Matthieu Spohn).
Des parois rocheuses spectaculaires jalonnent ce lieu empreint de légende (photo: Matthieu Spohn).
Temps de lecture 5 minutes

Tout commence à la gare de Bienne, capitale autoproclamée de l’horlogerie mondiale. De là, nous remontons le temps, des trottoirs goudronnés de cette cité à vocation industrielle aux ruelles pavées de son centre historique. Un petit quart d’heure plus tard, nous nous engouffrons dans le funiculaire rouge vif qui grimpe à Evilard (242 m de dénivelé).

Le funiculaire d’Evilard nous mène en cinq minutes à notre point de départ (photo: Matthieu Spohn).

Vue plongeante sur la plus grande ville bilingue de Suisse. Une flèche jaune indique «Tubelochschlucht». Nous grimpons jusqu’à la lisière d’une forêt marquant la limite supérieure du village et prenons à droite, direction Frinvillier. Les oiseaux chantent à tue-tête et saluent – peut-être avec un peu trop d’optimisme – le retour attendu du printemps.

Le sentier est bien aménagé (photo: Matthieu Spohn).

D’ici, par temps clair, on peut admirer les Alpes, grosso modo du Titlis à la Dent-Blanche. Mais à cette heure matinale, la brume dresse un voile pudique entre nous et les sommets enneigés. Le martèlement du bec d’un pic rythme notre progression à travers ce bois encore ensommeillé. On sent que les arbres, eux aussi, sont impatients de se réveiller, de bourgeonner.

En route, nous croisons quelques rares passants. Certains nous saluent d’un «Grüezi!» jovial, d’autres d’un «Bonjour!» amical. Cela confirme, si besoin était, que nous arpentons une frontière invisible, celle séparant Alémaniques et Romands. Le sentier descend en zigzag jusqu’au Restaurant des Gorges, un établissement doté d’une jolie terrasse où il fait bon se prélasser à la belle saison.

Le Restaurant des Gorges offre une belle opportunité de profiter de l'endroit (photo: Matthieu Spohn).

Nous voilà arrivés au seuil du fameux canyon du Taubenloch. La Suze, qui prend sa source dans le vallon de Saint-Imier, s’est ouvert un passage de deux kilomètres à cet endroit pour pouvoir aller se fondre dans les bras du lac de Bienne. Avec les averses de ces derniers jours et la fonte des neiges, la rivière est en crue; elle a enflé et gronde désormais comme une grande.

Découvrez en vidéo le Taubenloch comme si vous y étiez!

Un chemin à suivre avec prudence

Un panneau de signalisation «Attention, risque de chute de pierres» est planté au bord du chemin. Rappel du tragique accident – la mort d’un enfant – survenu dans ce défilé il y a vingt ans. «Depuis,

la ville de Bienne a fait beaucoup pour la sécurité et les lieux sont régulièrement inspectés par des géologues.

Paul Blösch

Président de la Société des gorges du Taubenloch, Paul Blösch ajoute qu’il arrive parfois que les autorités ferment le site par précaution. «Quand cela arrive, l’information est immédiatement publiée sur notre site internet.»

Rassurés, nous reprenons le cours de cette randonnée. L’eau bouillonne à nos pieds. Indomptable, elle se fracasse sur les rochers, rebondit, écume, dégringole en folles cascades... Le tumulte est si assourdissant qu’il couvre la rumeur du trafic de la Transjurane toute proche. Il suffit d’ailleurs de lever un peu les yeux pour apercevoir les imposants ouvrages de cette autoroute reliant le Plateau au Jura.

La Transjurane n'est pas loin, mais le tumulte de la Suze la fait vite oublier (photo: Matthieu Spohn).

Un spectacle saisissant

Passerelles et tunnels permettent à ce sentier parfaitement entretenu de se faufiler entre des murailles vertigineuses et spectaculaires. Nous nous enfonçons toujours plus profondément dans cette faille à la beauté sauvage. Les parois de calcaire qui nous entourent semblent grandir à mesure que nous progressons. Nous nous sentons vraiment tout petits.

De ce décor humide et minéral, se dégage une atmosphère mystérieuse. Pas étonnant que cet endroit ait donné naissance à une légende, mettant en scène une magnifique jeune femme surnommée «La petite Colombe» (Taube en allemand). Le jour de ses noces, celle-ci se serait jetée dans les gorges pour échapper au cruel tyran de Rondchâtel qui tentait de l’enlever. Et c’est donc en son souvenir qu’on les aurait appelées «Taubenlochschlucht».

Évidemment, cette version plaira surtout aux romantiques. Les poètes continueront, eux, de penser que ce nom tire son origine des colombes qui, jadis, auraient peuplé l’endroit. Quant aux pragmatiques, ils s’en tiendront à l’hypothèse du linguiste Albert S. Gatschet, qui avance que ce toponyme découlerait de Daube, Dube ou Tube, des expressions en dialecte pouvant se traduire par ravin, précipice ou gouffre.

«La petite Colombe» se serait jetée de désespoir dans les gorges du Taubenloch (photo: Matthieu Spohn).

Apparition furtive. Un cincle plongeur vole au-dessus de la Suze. De la taille d’un merle, on le reconnaît à son plumage brun et à sa gorge blanche. Ce passereau se pose tout près de nous, sur un bloc de pierre émergé au milieu des flots. Sans hésiter, il pique une tête dans l’eau et disparaît une quinzaine de secondes, le temps sans doute de pêcher quelques larves d’insectes.

Après un petit détour par le parc zoologique de Bienne (lire encadré ci-dessous), qui nous a fait un peu suer (jolie grimpette via une solide rampe d’escaliers), nous retrouvons la fraîcheur des gorges du Taubenloch qui, après quelques lacets, débouchent directement dans la ville. Ce qui, d’après Paul Blösch, est unique en Europe. Le bus n° 1 nous ramène à la gare avec des images plein la tête.

Ce printemps, c’est promis, nous reviendrons dans ce canyon en amoureux dans l’espoir – c’est en tout cas ce qu’affirme la légende – d’entendre la complainte de la «petite Colombe»…

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Une passerelle sur le chemin de Broc à Charmey

Un petit parfum d'aventure

Lac de Soi

Le long chemin vers le lac de Soi

Landwasser

Le train du paradis

Vue du décor

Enfer et récréation