19 juin 2017

Sur les traces du castor près de Bienne

Réintroduit en Suisse à partir des années 1950, le castor a aujourd’hui colonisé pratiquement tout le Plateau suisse. Une balade permet d'observer ce discret rongeur près de Bienne, à quelques encablures de l’endroit où la Thielle se jette dans le canal de Nidau-Büren.

Difficile d’apercevoir un de ces rongeurs: ils sont si discrets que les Biennois ignorent qu’ils habitent en ville.
Difficile d’apercevoir un de ces rongeurs: ils sont si discrets que les Biennois ignorent qu’ils habitent en ville.

Il est 17 h 30. Jean-Jacques Amstutz déboule à vélo sur la place Robert-Walser, juste à côté de la gare de Bienne. Avec son allure dégingandé, il fait un peu penser au facteur du film Jour de fête de Jacques Tati. En moins farfelu bien entendu. Du moins, on l’espère puisqu’il va nous servir de guide lors de cette expédition. Enfin, le terme expédition est peut-être un poil exagéré… En effet, nous nous lançons sur les traces du castor, mais en... milieu urbain.

«Un des buts de cette balade, c’est justement de montrer qu’il y a des animaux en ville.

Jean-Jacques Amstutz, accompagnateur de montagne

En quelques enjambées, nous voilà au bord de la Thielle, «le seul cours d’eau qui, avant la correction des eaux du Jura, sortait du lac de Bienne».

Les façades des immeubles alentour se reflètent sur la surface polie de la rivière. Çà et là, des tours émergent de la végétation. Des canards colverts cancanent sur un ponton, en regardant passer un petit groupe d’amateurs de paddle en goguette. Chants d’oiseaux et bruits du trafic se mêlent pour composer une joyeuse cacophonie. Ici, en effet, nature et agglomération semblent faire bon ménage.

Le castor a été éradiqué avec la bénédiction de l’Eglise

Pendant que nous longeons la rive droite de cette voie d’eau, Jean-Jacques Amstutz nous rappelle que le Castor fiber avait été exterminé jusqu’au dernier en Suisse. «Il était très recherché pour sa fourrure, son castoréum (une substance qui lui sert à marquer son territoire et qui était utilisée en pharmacie et parfumerie, ndlr) et sa viande. Il ne faut pas oublier que l’Eglise catholique le considérait comme un poisson et qu’il pouvait donc être mangé pendant le carême.»

Liquidé au début du XIXe siècle, ce rongeur a été réintroduit dans notre pays par des naturalistes, à partir du milieu des années 1950. Depuis, dûment protégé par une loi fédérale datant de 1962, il a colonisé pratiquement tous les grands lacs et cours d’eau du Plateau. D’après le dernier recensement officiel de 2008, sa population comptait 1600 individus. Aujourd’hui, selon une estimation de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), elle se monterait à 2800.

Galerie photos de Matthieu Spohn

La Thielle suit son cours. Nous arpentons désormais le territoire de la commune de Nidau. Notre guide est moins disert, il scrute la berge à l’affût du moindre signe indiquant la présence d’un castor. Nous n’attendons pas longtemps avant de découvrir un premier indice sur le bord du chemin: une souche proprement incisée. «Cet excellent bûcheron apprécie les jeunes pousses et les bois tendres. Le saule, il aime. Le bouleau, il n’aime pas. C’est comme nous (rires).»

Le castor sera-t-il au rendez-vous?

Plus loin, des branches de noisetier taillées comme des crayons nous confortent dans l’idée que nous suivons la bonne piste. «Ils nichent plus bas, plus en aval.» La traque continue.

«Ils sont si discrets que beaucoup de Biennois ignorent qu’ils ont des castors comme voisins.

Nous traversons une voie de chemin de fer. Deux femelles foulques plongent au fond de la rivière pour ramener de la nourriture à leurs petits. «Ces oisillons ne doivent guère avoir plus de deux jours.» En face, un arbre gît dans la Thielle, sans doute abattu par nos rongeurs. Il est presque 18 h 30 quand nous arrivons à notre poste d’observation: un pont qui enjambe le cours d’eau. «Le castor commence à s’activer au crépuscule», note Jean-Jacques Amstutz.

Notre guide Jean-Jacques Amstutz

Le soleil est encore haut. Nous scrutons quand même les environs avec nos jumelles. Un grèbe huppé passe, suivi d’une femelle cygne avec ses cygneaux. Une Nette rousse mâle atterrit à proximité d’un bouquet d’iris des marais. Mais on ne voit toujours pas la queue d’un castor.

Les minutes s’égrènent lentement. Prendre le temps, faire preuve de patience éveille nos sens. Les cloches d’une église sonnent 7 heures. Notre attente sera-t-elle bientôt récompensée? Le photographe profite de cette longue pause pour tirer le portrait de notre accompagnateur. C’est justement le moment que choisit ce mammifère végétarien pour faire une aussi discrète que rapide apparition. Le chasseur d’images shoote au jugé, juste avant que l’animal furtif ne disparaisse…

Une naïade potelée sort de l’eau

«Génial, on en a vu un!» Nous sommes excités comme des puces. Jean-Jacques Amstutz tente de repérer l’entrée du terrier, même si celle-ci est toujours immergée. Il fait chou blanc. Poursuite de nos investigations jusqu’à l’endroit où la Thielle se jette dans les bras du canal de Nidau-Büren. Des écluses servent ici à réguler le niveau des lacs.

Retour à petits pas vers notre poste de guet. Les jardins des villas jouxtant la rivière sont soigneusement grillagés et la plupart des arbres protégés par du treillis métallique. Ce qui n’a pas empêché un intrus de pénétrer dans une propriété pour goûter à l’écorce d’un épineux d’ornement. Nouvelle preuve, s’il en fallait, que ces rongeurs sévis­sent dans les parages.

D’ailleurs, l’un d’eux n’a pas attendu notre retour sur le pont pour sortir de sa hutte. Il nage avec insouciance, indifférent aux badauds qui l'observent avec curiosité. Habitué aux excentricités des citadins, il n’est même pas dérangé par les décibels que crache la sono portative d’un rappeur de pacotille. Il ou plutôt elle sort de l’eau et monte sur la berge pour faire sa toilette et grignoter quelques feuilles. Un deuxième castor montre son museau. Puis tous les deux s’en vont vaquer à d’autres occupations à l’instant où le soleil se couche… Nous sommes aux anges.

© Photos: Matthieu Spohn

Benutzer-Kommentare