11 juillet 2018

Un producteur branché de musique classique

Musicien et directeur du label indépendant Claves, Patrick Peikert vit à un tempo étourdissant. Afin de faire connaître les talents suisses qu’il produit, il n’a pas peur de se mettre au diapason du digital.

Patrick Peikert
Patrick Peikert a appris à jouer de la contrebasse à l'âge de 15 ans. (Photo: Guillaume Mégevand)
Temps de lecture 2 minutes

«Musicien, c’est un métier de militaire», lance Patrick Peikert, producteur de musique classique chez Claves. Nous voilà prévenu. La journée sera réglée comme du papier à musique. À 58 ans, ce passionné a tiré de sa profession de contrebassiste un sens aigu de la discipline comme un certain goût du défi. Après une formation au conservatoire de Lausanne, il enchaîne les expériences notamment dans les coulisses de l’organisation de concerts au Montreux Jazz Festival ou comme consultant artistique à l’Orchestre national de Lyon. Mais ce n’est pas tout, puisque pendant près de vingt ans, il prend la place d’administrateur de l’Orchestre de Chambre de Lausanne.

Son dernier défi en date l’emmène quant à lui vers un horizon plus commercial lorsqu’il reprend, il y a huit ans, les rênes du label Claves. Son rôle? Produire principalement les jeunes artistes suisses, qu’ils soient interprètes ou compositeurs de musique classique.

«Nous publions douze CD par année. Faute de moyens, nous ne pouvons pas produire davantage et ce, malgré une forte demande des artistes.» Il faut dire que depuis la création du label en 1968, les choses ont bien changé dans l’industrie musicale. «Il y a 20 ans, une douzaine d’employés travaillaient ici. Aujourd’hui nous ne sommes plus que deux.»

Grâce au streaming, on revient un peu, c’est d’ailleurs notre première source de revenu

Patrick Peikert

Mais Claves résiste au temps malgré une quasi absence de subventions et une baisse des ventes de disques. Son cheval de bataille? Le digital. «Grâce au streaming, on revient un peu, c’est d’ailleurs notre première source de revenu.» Avec environ un million de streams par trimestre sur les plateformes dédiées, et un public cible entre 25 et 35 ans sur internet, Patrick Peikert n’hésite pas à mettre le paquet sur les nouvelles technologies. Très présent sur les réseaux sociaux et toujours à l’affut d’idées innovantes, le producteur donne ainsi des notes plus modernes au label classique.

Une journée avec Patrick Peikert

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Anne Reiser

Anne Reiser: pour la paix des divorces

Informationen zum Author

Beat Richner dans la foule

Beat Richner au Cambodge

Informationen zum Author

Bill Holden

Bill Holden, l'artisan des sons

Jean-Noël, 29 ans

Dans les oreilles