10 mai 2018

Les tribulations d’une ingénue à New York

Comment s’adapter au rythme effréné de la Grosse Pomme après avoir vécu quinze ans enfermée dans un bunker, tel est le pitch de «Unbreakable Kimmy Schmidt», sitcom déjanté à souhait.

Confrontée à des personnages parfois difficiles à gérer (comme le jeune Buckley), Kimmy Schmidt (Ellie Kemper) doit s'adapter à sa nouvelle vie à Newy York. (Photo Eric Liebowitz/Netflix)
Confrontée à des personnages parfois difficiles à gérer (comme le jeune Buckley), Kimmy Schmidt (Ellie Kemper) entend bien se faire sa place à New York. (Photo Eric Liebowitz/Netflix)
Temps de lecture 2 minutes

Dans la catégorie séries déjantées, Unbreakable Kimmy Schmidt remporte la palme! C’est à se demander où les scénaristes sont allés chercher une idée pareille… Le pitch? Après avoir été enlevée par un prédicateur pendant son adolescence, persuadée que l’apocalypse avait frappé le monde et enfermée durant quinze ans dans un bunker, l’héroïne est enfin libérée et décide de rattraper le temps perdu en s’installant à New York.

Pas si évident toutefois de s’ajuster à cette nouvelle vie quand dans sa tête, on est restée bloquée à la fin des années 90! Que l’on s’habille comme une ado de l’époque (à grands renforts de couleurs flashy), qu’on ne sait pas ce qu’est un iPhone et qu’on utilise un argot tombé depuis belle lurette en désuétude… Bref, au milieu des fashionistas et des hipsters de la Grosse Pomme, Kimmy Schmidt détonne… mais ne renonce jamais! Et c’est bien ça qui la rend si rafraîchissante.

La série, qui se décline en épisodes d’une trentaine de minutes portant ironiquement des titres tels que «Kimmy trouve du travail!», «Kimmy embrasse un garçon!», «Kimmy fête son anniversaire!» (références aux albums de Martine de notre enfance), trouve sa force avant tout dans son originalité, son humour délirant et ses personnages attachants (quoi qu’un peu caricaturaux pour certains): aux côtés de la nunuche à l’enthousiasme débordant interprétée par l’actrice Ellie Kemper (les adeptes de The Office, version US, reconnaîtront la réceptionniste Erin), on suit avec amusement les aventures de son colocataire noir, gay et fan de comédies musicales, de sa proprio excentrique et un brin malhonnête et de sa patronne, femme-potiche à l’égoïsme exacerbé (mais dont le passé recèle bien de surprenants secrets…).

Diffusée sur Netflix, Unbreakable Kimmy Schmidt amorcera sa quatrième et dernière saison fin mai 2018.

➜ Dernière chronique série tv: La Casa de Papel

➜ Dernière chronique cinéma: Comme des garçons

Benutzer-Kommentare