9 août 2018

Une ascension exemplaire

Près de deux tiers des collaborateurs Migros sont des femmes. Et beaucoup d’entre elles occupent une fonction de cadre. C’est le cas de Cornelia Marending, responsable Ventes en supermarchés à Migros Aar.

Cornelia Marending,
Pour Cornelia Marending, les femmes ne doivent pas avoir peur d’occuper le devant de la scène (photo: Michael Sieber).

C’est dans les supermarchés, fréquentés tous les jours par des centaines de milliers de clients, que bat véritablement le cœur du distributeur. La coopérative régionale Migros Aar – la plus importante des dix que compte le détaillant – emploie quelque 5500 collaborateurs dans 123 magasins et a réalisé un chiffre d’affaires de 2,6 mil­liards de francs l’an dernier.

Cornelia Marending est chargée, avec d’autres, de faire en sorte que cette machine bien huilée fonctionne toujours sans accroc. Cette responsable des ventes en supermarchés a aussi pour attribution la gestion et le développement du personnel.  

Cornelia Marending occupe ce poste depuis trois ans. «Migros est une entreprise formidable. Ses valeurs et sa culture me correspondent
pleinement.» Contrairement à de nombreux autres cadres, qui ont progressé au sein de l’entreprise au fil des années, cette femme de 48 ans n’a pas connu de carrière typique à Migros.

À l’issue d’un apprentissage d’employée de commerce dans une agence de voyages, où elle a ensuite été embauchée, elle a suivi des études de gestion à plein temps. Elle voulait en effet gravir les échelons et ne souhaitait pas «passer plusieurs dizaines d’années derrière un guichet». Ce faisant, elle
a dû renoncer à une activité rémunérée. «J’ai vu cela comme un investissement dans ma carrière. Je savais que faire ce choix me permettrait de jeter les bases de mon futur succès professionnel.»

Après une expérience dans le commerce de détail, elle a été recrutée par Rivella, où elle a peu à peu grimpé dans la hiérarchie. Elle a ensuite une nouvelle fois misé sur le perfectionnement en effectuant un master, cette fois-ci en parallèle de son activité professionnelle – «Ce ne fut pas facile», reconnaît-elle aujourd’hui. Mais sa détermination a payé: en 2004, elle est devenue membre de la direction de Rivella, d’abord en tant que responsable des marchés étrangers, puis en qualité de directrice Marketing.

Cornelia Marending n’a jamais été promue parce qu’elle était une femme. «J’ai réussi à m’imposer uniquement grâce à mon travail.» Lorsqu’on lui demande si la progression de carrière est différente pour les femmes et pour les hommes, elle réfléchit avant de répondre. «Je pense que les femmes doivent davantage se montrer, même si jouer des coudes ne leur ressemble pas. Il ne faut pas avoir peur d’occuper le devant de la scène et de mettre ses points forts en évidence. Cela dit, mon comportement n’a pas changé: j’aspire à convaincre par mon travail et ma personnalité tout en restant authentique et fidèle à mes principes.»

Cornelia Marending tient également compte du caractère, des aptitudes sociales et des compétences techniques des collaborateurs qu’elle recrute. «Peu importe qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes – tout en précisant qu’elle n’a jamais été favorable à l’imposition de quotas. Ce qui compte, c’est d’assurer la promotion du personnel féminin par le biais de modèles adaptés permettant de concilier vie familiale et vie professionnelle.» Migros Aar (site en allemand) est en phase avec cette philosophie: «40% de nos responsables de magasins sont des femmes, voire 50% si l’on inclut les adjoints.»

➜ À lire aussi: De stagiaire à directrice.

Afin que le plus grand nombre possible de collaborateurs puissent continuer de travailler en dépit des contraintes familiales, la coopérative
propose des aides: Migros Aar prend ainsi en charge la moitié des frais de garde, par exemple pour la crèche.

L’exemple de Cornelia Marending montre qu’il est tout à fait possible de trouver des solutions pour tout mener de front. Elle et son mari ont ainsi deux enfants. Cornelia Marending travaille à temps plein, tandis que son conjoint a réduit son taux d’occupation à 40%. «Cela fonctionne ainsi très bien. Nous avons aussi la chance de pouvoir compter sur nos parents, des voisins et des parents de jour. Néanmoins, il n’existe pas de solution unique. Chaque couple doit trouver la formule qui lui convient.»

Elle se permet toutefois de donner un conseil: «Les solutions sont nombreuses, qu’il s’agisse de la crèche, des proches ou des familles de jour. L’essentiel, c’est de bien s’organiser – une bonne organisation permet de résoudre de nombreux problèmes.»

Benutzer-Kommentare

Articles liés

De nombreuses collaboratrices de Migros occupent un poste de cadre, à l’image de Paola Giavedoni.

«Elles devraient oser faire bouger les choses»

De stagiaire à directrice

Mischa Damev a organisé cette saison six tournées et sept concerts spéciaux pour le compte des Migros-Pour-cent-culturel-Classics (photo: Paolo Dutto).

Du classique pour tous les goûts

Fortnite: un succès phénoménal, un danger pour les enfants?