7 octobre 2017

Avec la Hyundai Ioniq Hybrid, c'est Noël avant l’heure

Excellent rapport qualité-prix, avalanche d’options, comportement agréable: c’est un bon bilan pour la Hyundai Ioniq Hybrid.

Hyundai Ioniq Hybrid
La nouvelle Hyundai Ioniq Hybrid.

C’est une Hyundai Ioniq Hybrid qui m’a été confiée cette semaine et je dois dire que je suis sortie plutôt convaincue de ce nouveau test. Si Ioniq rime bien avec unique, je ne peux que souligner les similitudes entre cette citadine coréenne et l’indétrônable Toyota Prius, tout en avouant préférer la voiture de la semaine pour son design plus actuel. Seul point d’ombre de sa carrosserie, comme chez sa concurrente japonaise, la vitre arrière est séparée en deux par un large barre horizontale qui gène lorsqu’on regarde dans le rétroviseur.

Convaincante, la Hyundai Ioniq l’est sur plusieurs plans. Son habitabilité pour commencer, on s’y sent parfaitement à l’aise à l’arrière comme à l’avant, avec un bel espace pour chacun, une assise confortable et une multitude de rangements, notamment dans les 4 portières qui accueillent chacune son porte-bouteille.
Avec la Ioniq, c’est aussi Noël avant l’heure lorsqu’on étudie la large panoplie d’options de série: sièges et volant chauffants, deux modes de conduite (Eco ou Sport), caméra de recul ou encore alerte de franchissement involontaire de ligne, il y a de quoi se régaler sans se ruiner!

Et puis, ce qui me plait particulièrement dans tous ces modèles hybrides, est qu’on donne la possibilité au conducteur de se responsabiliser et d’adapter sa conduite pour réduire sa consommation. La Hyundai Ioniq Hybrid ne manque pas de nous aider à rouler de manière économique. À côté des compteurs se trouve une échelle qui indique clairement et en temps réel l’activité des flux d’énergie. En charge (en descente et décélération), Eco (conduite douce) ou Power (comportement sportif), on est informé en permanence de son influence sur la consommation et agir en conséquence pour recharger la batterie. Je me suis prise au jeu en m'efforçant d’optimiser la charge et, en plus de m’amuser, j’ai été récompensée par de véritables économies de carburant.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le lookLe premier mot qui vient à l’esprit lorsqu’on regarde la Hyundai Ioniq est fluidité. Sa silhouette est faite pour minimiser la résistance au vent, avec un coefficient Cx de 0,24, une véritable performance pour le secteur qui a pour effet de diminuer la consommation. L’ensemble est équilibré, actuel et dynamique, sans faire dans le robotique.

La boîte automatique
Particulièrement fluide et agréable à conduire, la boîte automatique 6 rapports à double embrayage permet une transition rapide et sportive entre les vitesses et l’effet à-coups lors des changements et pour ainsi dire inexistant.

Le coffreUltra-généreux, le coffre de cette citadine de taille moyenne développe 550 litres en configuration 5 places, incluant une petite cache sous la zone de chargement. Sièges rabattus, on arrive presque à tripler ce volume en atteignant plus de 1500 litres.

La rechargePour ce modèle, pas besoin de recharger le moteur, tout se fait sans intervention du conducteur. En descente ou lors de freinages, l’énergie cinétique générée par le moteur électrique recharge la batterie polymère lithium-ion. En montée et lors de fortes accélérations, les deux moteurs se combinent pour maximiser la puissance tout en diminuant la consommation.

Le moteurLe bloc essence de quatre cylindres 1,6 l GDI à cycle Atkinson cumule 105 ch soutenus par un moteur électrique de 43,5 ch. Au total, on égare quelques canassons en obtenant une puissance combinée de 141 ch tout à fait satisfaisante.

Benutzer-Kommentare