24 juillet 2018

Willy Fantin, le papa d’Heidi

Peut-être moins connu que le grand-père de la petite Adélaïde, Willy Fantin a, avec la marque Heidi.com, propulsé l’héroïne de Johanna Spyri dans l’univers coloré de la mode.

Willy Fantin
Le credo de Willy Fantin? «Il faut savoir croire à l’impossible». (Photos: Matthieu Spohn)

Toujours un coup d’avance

Le commerce de détail en crise et les boutiques de confection qui ferment les unes après les autres? Il en faut plus pour décourager Willy Fantin, co-fondateur d’Heidi.com, la sympathique marque de vêtements connue pour ses t-shirts humoristiques et sa mode streetwear. «Il faut savoir croire à l’impossible», résume le Neuchâtelois. Ainsi, en 2013 déjà, sentant les nuages noirs venir, l’équipe dirigeante parvient à convaincre le bureau de l’architecte star Zaha Hadid de concevoir son premier projet en Suisse: un magasin interactif pensé en collaboration avec Samsung et de nombreux autres partenaires. «Il est essentiel d’offrir quelque chose aux clients qui se donnent la peine d’entrer dans une boutique. Cela peu être un écran tactile pour passer commande ou un bon café.»

Nous sommes en discussion pour un projet de production de textiles made in Neuchâtel

Willy Fantin

Jamais à court d’idées pour développer son bébé, Willy Fantin multiplie les points de vente (on trouve les créations de la marque aussi bien à Gstaad qu’à Migros) et rêve d’une production locale. «Actuellement, pour des questions de coûts, nous produisons nos vêtements au
Portugal ou en Turquie. Cependant, nous sommes en discussion pour un projet de production de textiles made in Neuchâtel. Mais cela est encore de la musique d’avenir.» Parions que la petite Heidi verrait cette production helvétique d’un bon œil.

Une journée avec Willy Fantin

Benutzer-Kommentare

Articles liés

Stéphanie Pahud, 41 ans, maître d’enseignement et de recherche en lettres à l’École de français langue étrangère, à l’Université de Lausanne

Quand le tatouage s’ancre au travail

Aurélie Deschenaux, fondatrice de la plateforme Graine de shopping.

Une idée brillante

Fabien Kupferschmid

Le bénévolat nouveau est arrivé

L'Annexe

Quand la fripe s’émancipe