22 juillet 2017

Le chat et son ronronnement du bonheur

En l'espace de quelques siècles, l'animal est passé du statut d'objet à celui membre de la famille, pour finalement acquérir aujourd'hui celui de...thérapeute! Eh oui, c'est désormais prouvé scientifiquement: nos compagnons à poils et à plumes nous aident à aller mieux. Dans cette première chronique, intéressons-nous aux bienfaits de la ronronthérapie.

Bahia
C'est le chat qui décide du contact avec les humains!

Ronronthérapie. Le mot prête à sourire. Diverses études très sérieuses - menées depuis les années 1950, d'abord aux Etats-Unis - attestent pourtant des vertus apaisantes du ronronnement des chats.

Evidemment, ce n'est pas l'animal avec lequel il est le plus facile de travailler en zoothérapie... Le chat est plus indépendant que le chien, et sa relation avec les humains dépend de son bon vouloir. Il n'en reste pas moins très affectueux et une fois le contact établi, les bienfaits de ce petits félin sur nous autres, dont voici une petite liste non exhaustive, sont bien réels.

Au niveau psychologique

  • Relaxation et calme
  • Réconfort et soutien moral
  • Bonne humeur
  • Confiance en soi

Au niveau social

  • Motivation et productivité
  • Développe la communication
  • Favorise le jeu et l'expression des émotions
  • Favorise l'interaction sociale, surtout chez les personnes âgées

Au niveau physique

  • Baisse de la tension artérielle et diminution du pouls
  • Equilibre et coordination
  • Favorise la motricité chez les enfants et les handicapés

Comment ça marche

Grâce aux ondes à basses fréquences (25 à 50 hertz) qu'il émet lorsqu'il ronronne, le chat se remet de ses fractures et de ses lésions trois fois plus vite qu'un chien. Ces sons tranquillisants favorisent en effet la sécrétion d'hormones qui boostent sa guérison. Les effets de ces vibrations sonores se ressentent aussi chez l'homme. Selon le vétérinaire français Jean-Yves Gauchet, qui revendique la paternité de la ronronthérapie, elles ont une action stimulante sur notre sécrétion de sérotonine, l'hormone dite du bonheur. Les idées noires s'envolent et la tension diminue. Notre corps produit alors des endorphines connues pour renforcer notre système immunitaire.

Dieu a inventé le chat pour que l'homme ait un tigre à caresser chez lui

Victor Hugo

Les races

Au niveau des races, nos bons vieux chats de gouttière ne sont pas les meilleurs thérapeutes, car ils sont souvent en mouvement et plutôt craintifs. Johanna Stauffer, intervenante en zoothérapie dans le canton de Genève, recommande plutôt le ragdoll. «Cette race de chat possède moins de tempérament, de tonus que les autres, et se prête ainsi davantage à une thérapie», justifie-t-elle. D'une manière générale, les chats d'intérieur, plus tranquilles que ceux qui ont l'habitude de sortir, sont plus enclins à jouer les guérisseurs.«Mais des exceptions existent des deux côtés. Avec chaque animal, il faut regarder l'individu en lui-même», précise Danièle Lachat, zoothérapeute dans le Jura bernois.

Benutzer-Kommentare